Eux/Nous

Écrit et interprété par Stéphanie Pin et Pauline Scherer
Sous le regard bienveillant du GDRA

Présentation

« Eux / Nous » est une forme artistique théâtrale, sonore et visuelle qui place eux et nous face à face et de façon arbitraire, dans un espace bifrontal, face à nos identités.
S’entrecroisent alors des bribes d’existences, notamment celle de Philippe, militant chevronné et celle d’Hassan, jeune marocain expulsé, qui entrent, malgré elles, en résonance. Tout fini par un cri, un appel. Sommes-nous capable de réagir ? Suis-je Eux ? Suis-je Nous ? Suis-je le Eux des Nous, ou Nous face aux Eux ?

«Eux/Nous» pose un regard sur ces distances qui nous séparent et invite le spectateur à sentir, au delà des histoires singulières, cette dangereuse nécessité que nous avons, de placer l’autre à l’écart, et de prouver notre existence en cherchant constamment à définir ce qui nous est extérieur.

Le spectacle Eux/Nous est le fruit d’une rencontre entre Stéphanie Pin, comédienne et Pauline Scherer, sociologue, lors d’un stage de formation professionnelle proposé par le GdRA, qui pratique «un théâtre documenté et anthropologique pour une fiction vraie».
C’est donc aussi le fruit d’une rencontre entre deux démarches : la création artistique et la recherche en sciences humaines, qui placent toutes deux l’humain au centre.
La genèse de cette proposition artistique de 30 minutes est aussi affaire de rencontre. Une rencontre avec un militant du Réseau Éducation Sans Frontière de Sète dans Hérault, qui a marqué le point de départ d’une enquête réalisée entre mars et mai 2012.
Cette enquête nous a conduit au centre de rétention administrative de Sète, à la rencontre de personnes immigrées, à priori sans papiers en règle, en attente de jugement ou d’expulsion. Elle nous a également conduit aux détours de la ville, à la rencontre d’une chorale militante, du gérant d’un bar portuaire, et de marins marocains en grève.
Alimentée par des textes et interviews de sociologues comme Éric Fassin ou Anne Morillon, mais aussi par les textes écrits par des intervenants en centre de rétention de l’association la Cimade (extraits de l’ouvrage Chroniques de rétention), cette enquête a produit une matière d’écriture qui invite à s’interroger sur le rapport que nous entretenons avec l’étranger, avec «celui qui n’est pas d’ici», avec l’autre, avec eux.

Fiche technique